Real World


Ouvrez grand vos yeux, la réalité est pire que ce que vous craigniez
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A SPIN Life [SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
David Edwards
avatar

Messages : 625
Age : 34
Localisation : SPIN

Feuille de personnage
Âge: 34 ans
Métier: Aucun
Particularité: Schizophrène

MessageSujet: A SPIN Life [SOLO]   Lun 3 Sep - 14:25



A SPIN Life…

     

ft. Angelica WOOD & Terrence MARIUS


Oh-oh…

Ça recommence…

Faut tenir !

…faut que je sorte d’ici…

Dès que j’en aurai l’occasion… je bouffe un agent du SPN !

..AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!

Il me faut ma dose !

…j’ai faim…

JE VEUX UN AVOCAT !

Je plaquai mes mains sur mes oreilles. Ouais… Ça servait jamais à grand-chose, mais je le fis quand même, une pièce de puzzle dans ma main.

… c’est facile quand on contrôle le métal ! C’est cheaté !...

Concentre-toi, David.

… faut que j’enlève ce truc !

C’est une deuxième évasion qui nous faut…

…puis avec une copine ultra sexy qui fait des portails, c’est de la triche aussi…

Grrrrrrrrrrrrrrrr…

Je gémis, plaquant mon front contre le sol de ma chambre… cellule… Il était froid, c’était agréable sur mon front brûlant.

Au moins, ici, on me croit… quand je dis que je suis télépathe.

Il me faut ma dose.

Où est le Dr. Wood ?

OÙ EST LE DOCTEUR WOOD ?!

J’avais hurlé, mes mains plaquée sur mes oreilles, les sourcils froncés à mort.

Ils étaient en train d’oublier mon traitement.

Non.

Ils le font exprès.

C’est pour les tests.

L’agent surarmé qui passait devant ma cellule sursauta avant de se tourner vers ma cellule.

Je n’avais pas hurlé.

Enfin si.

Mais non.

Mais l’agent m’avait entendu quand même.

-Putain…

Arrête de me regarder avec ces yeux-là…

-Je… Il… Il me faut ma dose.

L’agent SPN05160589 s’encourut vers l’écran tactile au bout du couloir. Moi, je laissai retomber mon front contre le sol sur lequel j’étais allongé sur le ventre, devant mon puzzle à moitié fait.

-David, je suis là. On va y aller, d’accord ?

Je relevai les yeux vers le Docteur Wood.

-Trop dangereux.

Je ne veux pas être dangereux.

Je ne veux de mal à personne.

File-moi ma dose je me l’injecterai tout seul !

Je veux pas faire les tests.

-Je… veux pas… faire les tests.

Wood se tourna vers l’agent.

-Evacuez vos hommes du bloc. Je le sors.

Non non non non…

-Si… tout va bien se passer… Tu… Parles tout haut…

Je parle tout haut.

-Non… David… Tu parles dans ma tête…

Je suis télépathe.

-Je sais. Je sais, c’est pour ça qu’on va faire deux ou trois tests maintenant… Comme d’habitude… Et ensuite, on te donnera ce qu’il faut pour que ça s’arrête. Tu veux bien ?

C’est dangereux.

-On s’arrêtera avant…

J’ai pas fini mon puzzle…

-Ce n’est pas grave.

Je bave…

-Ce n’est pas grave non plus…

Mais j’aime pas baver…

-Tu es prêt ? J’ouvre.

Le docteur Wood se releva, elle qui s’était accroupie pour me parler. Elle tapa quelque chose sur l’écran à côté de ma cellule et celle-ci s’ouvrit.

Je devais tout retenir.

Je voulais désintégrer personne.

Parfois, je désintègre des gens.

Oh, c’est bon ! C’est arrivé qu’une fois !

Le docteur Wood entra dans ma cellule et passa son bras sur mon épaule. Je me relevai doucement, un long filet de bave pendant de ma bouche jusqu’à ce qu’il casse.

J’ai mal à la tête.

-Quoi ?

-J’AI MAL A LA TETE !

Parce que je me crispe.

Pour pas que ça sorte.

PARCE QUE C’EST UN PUTAIN DE JEU DANGEREUX !

-Aw ! Doucement… Calme… Essaye de… choisir comment tu veux me parler.

Je secouai la tête.

-Je le…

…contrôle pas.

On traversa le couloir et il fallut que je fasse vraiment gaffe.

Pour pas que ça vole.

PAF !

-David !

L’ampoule… Oh bah c’est con…

-Désolé…

Bon… C’est dur… mais je connais.

Le Dr. Wood me fit entrer dans une salle… C’était une salle toute blanche avec des protections dans les coins…

Et des mousses de toutes les couleurs et de toutes les formes. Comme à l’école primaire.

Puis une vitre et de l’autre côté, le Dr. Marius, bientôt rejoint par le Dr. Wood qui pouvait me parler par le micro.

Je veux pas faire les tests.

Et j’aime encore moins cette partie-là.

Le Dr. Wood détourna mon attention du Dr. Marius.

-Ok… David… tu sais ce que tu dois faire maintenant. Le vide. Essaye de faire le vide.

C’est jamais vide.

-Tu veux de la musique ?

Je hochai la tête…

Ouais… Ouais la musique c’est bien.



Je fermai les yeux et écoutai la musique.

La musique calmait les voix.

J’aime bien Pink Floyd.

Ouais, je sais tu me le passe en boucle à longueur de journée.

Oh t’es là toi ? T’es qui ?

Je…

-David… Prends les deux électrodes juste à côté de la vitre, tu veux bien ?

Je hochai la tête, rouvris les yux et avançai pour décrocher les deux petits fils et les coller sur mes tempes comme on m’avait appris.

C’était pas très différent, ici, du Brooklyn Mental Health Center.

Sauf qu’ici, j’avais le droit d’être un télépathe.

Pendant que je les mettais, le Dr Wood et le Dr. Marius parlaient… Il savaient pas, mais je pouvais les entendre.

-C’est dangereux.

Le Dr. Wood sourit.

-Non, il n’est pas dangereux. Pas avec moi.

Marius était pas d’accord. Il pensait qu’elle était cinglée.

Cool ! On était deux comme ça.

-Et tout ça va nous mener à quoi ?

Le Dr Wood fit comme si elle comptait sur ses doigts.

-Lui rendre la vie plus confortable, c’est ma priorité.

Marius rigola.

-Il ne sortira jamais d’ici ! Il se plait ici… C’est bien le premier d’ailleurs. Tant qu’on lui donne les médicaments et le sérum, à quoi ça servirait de lui apprendre à se contrôler ? Si ce n’est à lui donner les moyens de s’enfuir en faisant d’énormes dégâts ?

Je veux pas m’enfuir.

J’aime pas dehors.

J’y comprends rien.

Le Dr Wood appuya son regard dans celui du Dr. Marius.

-Et s’il travaillait pour nous ? Ici, au SPIN. Sa télépathie pourrait nous en apprendre beaucoup sur les autres détenus.

Marius éclata de rire.

-Vous êtes une utopiste.

Je vous entends…

Ils se tournèrent tous les deux vers moi et je haussai les épaules.

Je veux juste ma dose.

-D’accord, David. J’envoie une autre chanson. Reste calme.



Oh, c’est pas vrai !

Bah c’est ça, encouragez-le !

T’aimes pas la playlist.

Si…

Non…

Enfin un peu de changement ferait pas de mal…

Moi, j’aime pas…

Quoi ? La playlist ?

Non. Le changement.

Le Dr Wood entra dans la pièce et la referma derrière elle. Le Dr. Marius observait un écran. Il savait faire que ça, t’façon. N’empêche que lui aussi pouvait voir dans ma tête, en quelque sorte, avec les électrodes.

Il faut qu’on se dépêche.

Avant que ça déborde de partout.

Si possible.

Le Dr Wood avait une petite balle en mousse rouge dans la main. Ok, on allait jouer.

J’essuyai ma bouche d’un revers de ma manche.

C’est à cause de la Clozapine, ça fait baver un peu.

-Ok… A quoi je suis en train de penser, David ?

Les tests étaient juste un peu différents de ceux du Brooklyn Mental Health Center.

Je la regardai dans les yeux…

J’aimais pas regarder les gens dans les yeux.

On peut voir plein de choses dans leurs yeux même sans télépathie.

-Vous êtes jalouse.

Le Dr Wood fronça les sourcils.

-Ce ne sont pas des pensées, David. C’est…

Vous êtes jalouse quand même.

-Maintenant vous pensez à William Stark.

C’est le type qui a une tour, je crois.

Oui ! OUI ! Tu y es presque, mon petit attardé préféré ! Encore un effort !

-C’est là qu’on doit aller…

Non Shhhh !!! Ta gueule là maintenant !

-Où ?

Tais-toi !

-Le docteur Marius pense que vous êtes folle.

Elle soupira.

Je sais…

-Où tu veux aller, David ?

Dormir dans ma cellule.

Je suis fatigué.

-Il me faut ma dose.

Je passai nerveusement mes deux mains dans mes cheveux, les ébouriffant encore plus qu’ils ne l’étaient déjà.

-D’accord… encore un test.

Elle prit ma main et y mit la petite balle en mousse. Puis, elle se recula.

-Lance-la-moi.

Je haussai les épaules et la lui lançai. Elle la rattrapa.

Elle rigola puis remit la balle dans ma main puis se recula encore.

-Donne-la-moi…

Elle tapota sa tempe de l’index.

-…avec ton esprit maintenant.

Je me concentrai…

C’est dangereux…

Je regardai la balle dans ma main et fronçai les sourcils.

Les mousses colorés qui étaient rangés derrière moi se mirent à léviter, trembler puis s’écraser contre les murs en ne faisant presque pas de bruit.

Mais la balle ne bougeait pas.

Le Dr. Wood avait les yeux écarquillés… Je fis la moue.

-J’y arrive pas…

Je sursautai.

La monstre était dans le coin.

Le coin de la pièce.

Je fermai fort les yeux.

-Il me faut ma dose !

Je secouai la tête.

-David. Essaye encore. C’est la balle qu’il faut bouger, pas le res…

La balle se désintégra dans ma main… Et je portai mes paumes à mes tempes, sur les électrodes qui se désintégrèrent aussi alors que je me mettais à crier, en proie à un nouveau mal de crâne.

Jusqu’à m’arrêter net. Mon visage à quelques centimètres seulement de celui, effrayé, du Dr. Wood.

Mes yeux bleus braqués dans les siens, fixes, clairs, lucides.

-Le sérum SV ! Et que ça saute ! Je ne peux pas le contrôler !

Le Dr. Wood sursauta.

-Qui es-tu ?

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!

Les formes en mousses commencèrent à se désintégrer.

-Filez lui sa dose. MAINTENANT !

Le Dr. Wood ne se le fit pas dire deux fois.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Edwards
avatar

Messages : 625
Age : 34
Localisation : SPIN

Feuille de personnage
Âge: 34 ans
Métier: Aucun
Particularité: Schizophrène

MessageSujet: Re: A SPIN Life [SOLO]   Jeu 6 Sep - 12:04



A SPIN Life…



ft. Angelica WOOD


Je suis fatigué…

J’en peux plus.

Mes yeux s’ouvrirent et marmonnai en me retournant sur ma couche plate, blanche, étroite et un peu dure.

Encore cinq minutes…

Mes yeux bleus mi-clos balayèrent la cellule encore plongée dans la pénombre. La seule lumière venait du couloir, pas trop fort.

Mais les agents qui se relayaient, eux, faisaient un bruit d’enfer qui couvrait même le bruit de fond qui se réveillait.

J’ai des acouphènes…

Oh non…

C’est les voix mais le volume est baissé.

Je refermai les yeux.

Je vais dormir encore…

Bam ! Bam ! Bam !

-Edwards ! C’est l’heure du petit-dej’…

Je plaquai mes mains sur mes oreilles et fermai les yeux. L’agent SPN05010480 soupira…

-Je suis réel… Pour info. Viens prendre tes médocs, je veux pas que tu me pètes une durite dans deux heures…

Je retirai mes mains de mes oreilles et fis la moue en me redressant sur mon lit.

-Je veux pas être chiant.

Je frottai mes yeux et l’agent tapa sur l’écran tactile pour ouvrir le sas et y déposer un petit plateau en silicone avec mon déjeuner et les médicaments dedans.

-Tant mieux. T’es gentil et tu m’aides un peu, ok ?

Je me levai et m’approchai de la vitre, posant mon front contre parce que c’était froid et que ça faisait du bien. J’ouvris la trappe de mon côté  pour voir le plateau dedans… puis, je plissai les yeux et regardai l’agent…

-Tu mettras de la musique, si j’aide un peu ?

Le chantage, c’est mal… David…

Ouais mais je veux de la musique…

-C’est nouveau ça ? Tu marchandes maintenant ?

Je haussai les épaules.

-SPN04250576 met de la musique dans le couloir si on est cool.

Il a cassé le plafond aussi. Pour fumer des clopes.

Mais ça faut pas le dire…

Je sursautai et me retournai brusquement. Quelque chose venait de passer derrière moi et je cognai mon épaule à la vitre dans le mouvement.

-Woh ! Hey… Prends tes médocs, tu veux ? Maintenant. J’ai pas que ça à foutre.

Il n’y avait rien derrière moi.

Je me retournai vers l’agent et hochai la tête. Je pris le plateau, m’assis dans le coin de ma cellule dans le petit espace entre le lit et la vitre, mangeai et pris mes médicaments.

Deux heures plus tard, j’étais toujours dans le coin, le front contre la vitre, les yeux dans le vide, la respiration très calme sauf dans les moments où la clozapine provoquait de la tachycardie et un long filet de bave coulant sur la vitre.

BAM ! BAM ! BAM !

Je sursautai et relevai les yeux vers l’agent SPN05010480…

-Mmm… ?

L’agent s’accroupit à mon niveau parce que j’étais assis par terre, mes jambes étendues devant moi.

-T’es de retour parmi nous ? C’est jamais que la cinquantième fois que je frappe. Secoue-toi. Le Dr. Wood va venir dans une heure.

Il se leva et retourna à la trappe pour y mettre des habits propres et un petit flacon en silicone avec un produit pour me laver sans avoir besoin de douche ou d’eau et un gant de toilette. Je pris lentement tout ça parce qu’il me fallait bien tout pour mettre un pied devant l’autre alors me lever…

L’agent resta là le temps que je me lave et me change. Ça c’était différent du Brooklyn Mental Health Center… Je pouvais prendre une douche là-bas et personne me regardait pendant que je le faisais.

Enfin je crois.

Tu commences à oublier, hein ?

Tu sais plus trop comparer, David !

Le SPIN c’est bien…

C’est une prison, David !

Non…

Non c’est qu’un autre hôpital…

Un hôpital pour ceux qui ont tué des gens…

Pour les télépathes…

Une prison-hôpital…

-J’aime bien le SPIN.

L’agent appuyé d’une épaule contre la vitre rigola.

-Et ben ça nous fera au moins un commentaire 5 étoiles sur Trip Advisor. Tu t’actives ? Parce que t’es pas vraiment un fantasme…

Non. Je suis un fantôme.

J’aime bien le Dr. Wood.

David !

Quoi ?

C’est quoi cette association d’idée ?

Je haussai les épaules.

Tant qu’on en est là, pour info. J’en ai marre des rêves érotiques sur fond de musique psychédélique.

Je ricanai, rougis et me mordis la lèvre, terminai de m’habiller et remis mes habits sales, la bouteille en silicone et le plateau vide de ce matin dans la trappe.

C’est pas drôle !

-Bonjour, David.

Je relevai les yeux, un peu surpris. J’étais de nouveau assis à terre dans mon petit coin bien confortable mais je me rappelais plus comment j’étais arrivé là.

Je frottai mes yeux.

-Je pensais à vous…

Le Dr. Wood sourit.

-Ah oui ?

Elle s’assit en tailleur à terre et je laissai tomber mon front contre la vitre, hochant la tête pour toute réponse.

Je pouvais pas lui dire ce que je pensais.

Parce que c’était mal. C’était pécher même.

-Tu veux bien me parler ?

Je tournai vaguement la tête vers elle pour la regarder, mon front toujours écrasé contre la vitre.

-Parler… ? Comme une visite ou comme un test ?

Le Dr.Wood sourit. J’avais jamais vu une femme aussi belle.

Ouais enfin c’est un peu la seule que tu vois aussi…

-Comme tu veux…

Comme une visite alors…



-David ?

-J’ai dit. Comme une visite…

Elle pinça ses lèvres.

-Non… Tu ne l’as pas dit…

Je désignai vaguement une de mes oreilles.

-Vous n’avez pas entendu juste…

-Comment tu te sens ?

Je rigolai un peu…

-C’est une question test.

Le Dr.Wood eut un regard triste.

-Non… C’est de la préoccupation.

Je regardai mes mains.

-Comment je peux faire la différence ? Ma télépathie est éteinte.

Le Dr. Wood posa sa main contre la vitre.

-Regarde-moi… Tu n’as pas besoin de télépathie pour ressentir la différence.

Je la regardai, mais pas longtemps.

Je n’aime pas regarder les gens dans les yeux.

-Tu te rappelles d’hier ?

Je hochai la tête.

-Je suis désolé pour la balle.

Je me recroquevillai un peu plus sur moi-même, mon menton appuyé sur mes genoux.

-Tu es pardonné pour la balle. J’en ai plein d’autres.

Le Dr. Wood parla plus bas…

-David… Est-ce qu’il y a quelqu’un d’autre avec toi ?

Mon regard vérifia tous les coins de la pièce…

-N-Non… La clozapine tue les monstres…

Le Dr. Wood hésita deux secondes, avant de formuler une autre question.

-En dehors des monstres… Quelqu’un qui ne veut pas des mauvaises choses ? Quelqu’un qui m’a parlé hier… C’était toi ?

Je secouai négativement la tête.

C’était pas moi…

Le Dr.Wood glissa sur le sol pour se rapprocher encore de la vitre.

-Qui alors ?

Je passai ma langue sur mes lèvres puis regardai le Dr.Wood dans les yeux…

-La boule à facettes.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Edwards
avatar

Messages : 625
Age : 34
Localisation : SPIN

Feuille de personnage
Âge: 34 ans
Métier: Aucun
Particularité: Schizophrène

MessageSujet: Re: A SPIN Life [SOLO]   Jeu 6 Sep - 18:06



A SPIN Life…



ft. Angelica WOOD


BAM ! BAM ! BAM !

Oh ça va être une longue…

…éprouvante…

…mauvaise journée…

-Debout, petite merde.

Je veux pas.

Je hais SPN05160991.

Hey ! On ne « hait » pas !

Je vais le tuer alors !

NON !

D’accord… Désolé…

-Oh ! DEBOUT ! Je ne le dirais pas une troisième fois, attardé de mes deux.

J’ouvris les yeux mais l’étincelle mauvaise qui y brilla s’éteignit aussi vite. Je me levai et me trainai jusqu’à la trappe.

Allez… Donne le petit-dej’… Et laisse-moi tranquille…

Mais l’agent me regardait juste en souriant avec ses dents toutes pas alignées…

-Regarde-moi ça la loque que t’es… Tu cumules les tares, toi, hein !

Je sursautai quand il fit brutalement passer le plateau de mon côté et que ça fit un grand bruit. Puis, je le regardai en fronçant les sourcils.

Je suis pas dangereux.

Mais je suis pas totalement débile non plus.

Et l’agent SPN05160991 était pas une bonne personne.

-Laissez-moi tranquille…

Je pris mon plateau et allai me mettre dans mon coin préféré. Mes yeux s’écarquillèrent et j’écartai mes mains du plateau comme pour mieux voir. Il y avait à manger comme d’habitude mais…

-Y…. Y manque mes médicaments…

Je levai les yeux, pleins de détresse, vers l’agent.

-Il me faut mes médocs !

SPN05160991 rigola et s’éloigna jusqu’à ce que je puisse plus le voir.

Je mangeai en tremblant et en me recroquevillant sur moi-même, mes yeux balayant l’espace de ma cellule.

Vide…

Oh putain oh putain oh putain…

Calme ! Calme ! Ne pète pas les plombs !

Ils vont venir.

***


AaaaaaaAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHH !!!!

Je plaquai mes mains sur mes oreilles.

Daaaaaaavid !

David !

AHAHAH !!!!

Debout petite merde !

Je suis désolé de vous apprendre ça, Madame Edwards…

Salut, taré !

David… Appelle… une… ambu…

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !

…David est schizophrène…

Tu sers à rien !

…Dav… Le téléphone !

Calme-toi.

Je fermai fort les yeux… Mais les voix n’arrêtaient pas.

Les larmes coulèrent sur mes joues…

Je ne sais plus le numéro… je ne sais plus le numéro de l’ambulance.

***


Mon pull est plein de sang !

Je l’enlevai brusquement et le lançai loin de moi, en tremblant, de l’autre côté de la cellule. Torse nu, il faisait froid… Mais c’était mieux que le sang.

Calme-toi, nom de Dieu !

Pardon, Seigneur, mais il va me faire une connerie pour finir…

Je ne sais plus le numéro !

-Je me rappelle plus !

Je tournais encore et encore en me tenant la tête et en gémissant dans ma cellule.

J’entendais des voix.

Mais aussi des rires.

Ceux des agents de surveillance d’aujourd’hui.

Fais pas attention à ces imbéciles… Essaye de…

-ESSAYE DE QUOI ?! TAIS-TOI !

Il faut que je me rappelle le numéro de l’ambulance !

Non, mais non…

C’est trop tard !

Tu vas venir avec nous, David… D’accord ?

-Putain… Si t’es pas détraqué, toi !...

Les larmes coulèrent sur mes joues plus fort encore et je me mis à sangloter. Je tapai un grand coup de front dans la vitre, comme si j’avais voulu donner un coup de boule à l’agent SPN05160991. J’eus mal et me laissai glisser au sol, contre la vitre.

L’agent s’accroupit tout près de moi, bien à l’abri de l’autre côté…

-Tu sais ce que tu es ?... Un poids pour l’humanité… Un parasite à éliminer, comme tous les autres.

L’agent fit une moue de réflexion…

-Non… Non… Toi encore plus qu’un autre en fait… Parce que même pour tes semblables, tu serais un poids… Même pour eux, t’es qu’un attardé par normal… T’es pas bien dans ta tête, Edwards… Parait que même quand t’étais interné et que les gens croyaient que t’étais humain, personne venait te voir… Personne en avait rien à foutre de toi…

L’écoute pas.

Laisse couler, David.

-Même ta mère a préféré crever… C’est ce qu’ils disent, dans ton dossier…

Je pleurai plus fort, un nuage de buée se formait contre la vitre froide, à force.

-Shhh… Shhh… Edwards ! Tu sais quoi ? Moi, j’en ai pas rien à foutre, je suis là pour t’aider. J’ai quelque chose pour toi.

Je sursautai encore quand la trappe s’ouvrit de mon côté.

L’agent se leva et se tourna vers les autres.

-Que le spectacle commence !

***


Non ! David ! Arrête !

Tais-toi !

Ne fait pas ça !

Il y avait un crochet sur le mur du fond de la cellule. Je savais pas à quoi ça servait… Mais je savais à quoi il allait me servir.

David !

-LA FERME !

Les agents étaient hilares à chaque fois que je criais.

Et encore, ils savaient pas que je parlais à une putain de boule à facette !

Stop !

Ça alla vite, pour faire deux nœuds dans le câble électrique que l’agent SPN05160991 m’avait fait passer par la trappe.

-Ça fera une saloperie de moins…

L’un des agents, un peu moins sûr de lui, SPN05241292, protesta quand même un peu.

-Heu… On va pas un peu trop loin, là ?

SPN05160991 haussa les épaules.

-Paraît qu’ils cherchent un moyen de faire de la place, t’façon…

ARRÊTE !

-Et puis… C’est pas comme s’il existait vraiment…

Non.

Je regardai l’agent… Mais dans le reflet de la vitre entre lui et moi, ce fut le monstre qui sourit d’un air carnassier…

Ready ?... Set… Go !



***


Ouaaaaais bien joué !

Et on fait quoi, maintenant ?

Daaaaavid ?

Y a quelqu’un ?!

Houston… Mon véhicule ne répond plus…

La compression autour de son cou l’a fait tomber dans les vapes…

Heu… j’ai un stess et je parle tout seul en plus. Seigneur ? Est-ce que mon véhicule peut mourir ? Ou est-ce que… je vais juste rester… coincé dans un coma profond pendu en l’air dans une cellule je ne sais où, en plus du reste ?

Seigneur ?

Personne répond à ce putain de téléphone ou quoi ?!

Debout David ! Allez ! Lève-toi et marche !

Bordel… C’est à quelle heure la relève ? Et il est quelle heure d’ailleurs ?

Ok… Concentre-toi, Manakel…

Avec le sérum, j’y arriverai jamais…

Mais si, ce gosse a un foutu potentiel ! C’est bizarre, du reste…

Dr. Wood…

Le docteur Wood, dans son bureau, au SPIN, sursauta et regarda partout autour d’elle.

-David ?!

Oui… Heu… Non… Enfin si… Un… Petit coup de main serait pas de refus, si ça ne vous dérange pas…

Immobile, droite comme un « i » sur sa chaise de bureau, la Dr.Wood se demanda juste trois secondes, si elle n’était pas en train, à son tour, de devenir folle. David n’était pas sensé pouvoir utiliser sa télépathie. Pas maintenant. Il avait reçu une dose la veille et elle était présente lors de l’injection.

Prise d’une intuition, elle se leva et descendit au niveau -4... Où elle trouva quatre agents hilares devant une cellule en train de parier sur le temps que ça mettrait avant que le surnaturel en cellule ne marque des signes de mortalité complète.

Leur rire cessa dès que la porte s’ouvrit.

-Il n’y… Vous vous êtes trompée de bloc ? Vous n’êtes pas prévue au planning, Dr. Wood…

Le Dr.Wood se précipita sur l’écran, choquée, en colère, mais sa priorité fut de venir… nous décrocher…

Je sentis ses bras forcer pour me soulever mais ce n’était pas suffisant.

-Aidez-moi !

SPN05241292 accourut pour l’aider et je tombai par terre.

Je sentis les lèvres du Dr.Wood sur les miennes… Puis mes poumons se remplir d’un coup… Encore, encore, encore… Jusqu’à ce que je respire tout seul un bon grand coup en me redressant. Mon souffle était sifflant, ma voix rauque ma gorge me brûlait et ma tête me tournait.

Le Dr. Wood attrapa SPN05241292 par le col de son uniforme et le secoua.

-Combien de temps il est resté pendu comme ça ?!

L’agent était pâle comme un mort. Les autres, eux, avaient déjà bien compris qu’ils allaient passer un sale quart d’heure, le « cerveau » de l’équipe tout particulièrement.

-On en était à… 82 minutes…

Elle le lâcha en grommelant et pris mon visage entre ses mains toutes fraîches… Ça faisait du bien…

-David ! Ça va ?! Comment as-tu… ?

Je secouai la tête et mes larmes bordèrent à nouveau mes yeux…

-J’ai oublié le numéro de l’ambulance…



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A SPIN Life [SOLO]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A SPIN Life [SOLO]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Song of life (solo)
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Real World :: Role Play :: Reste du monde :: Amérique :: Le Spin-
Sauter vers: