Real World


Ouvrez grand vos yeux, la réalité est pire que ce que vous craigniez
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A View From The Other Side [PV vivacia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Frank Barnes
avatar

Messages : 2061
Age : 42
Localisation : Brooklyn

Feuille de personnage
Âge: 42 ans
Métier: Agent de niveau 4 (Sniper)
Particularité: Amoureux d'un Ange

MessageSujet: A View From The Other Side [PV vivacia]   Jeu 13 Sep - 21:44



A View From The Other Side



ft. Vivacia Chispa


Vous savez quoi ?

Ben, il pleuvait…

Pendant que Sandy et moi, on se la coulait douce, New-York avait subi une tempête pas piquée des vers. Et moi là, je venais de faire, depuis que j’étais revenu dans cette foutue ville, trois shift d’affilée sur le toit du Warehouse2 sous la pluie, parce qu’apparemment, Dieu avait pas fini de chialer que c’était que je m’étais marié avec une de ses anges.

Ouais, au Warehouse2, parce qu’apparemment, quand je suis pas là, y a des intrusions de momies. Vous avez bien entendu, « des intrusions de momies »… On voit de tout, au SPN.

Bref, tout ça pour dire que j’en avais déjà ma claque d’être trempé après 10 minutes de travail… Alors quand il y avait eu une place de renfort SPIN, moi et ma toute nouvelle alliance que je cachais pas à mon doigt, on avait sauté dessus, comme d’habitude quand il pleuvait.

J’avais donc pris sur moi le temps d’un trajet en avion jusqu’au lac Huron et avait été m’installer tranquillement, à 19 heures, puisque je faisais la nuit, dans la salle de briefing du SPIN.

Et pour bien faire, qui était l’agent de niveau 6 chargé de superviser les niveaux 5 (et moi) pour cette nuit ? Et bien c’était ce bon vieux (quoi que plutôt jeune), Jerry le Nazi ! J’aimais déjà pas les niveaux 6 en générale, mais alors lui, il avait vraiment tout pour me plaire.

Et ça me plaisait d’autant moi que des rumeurs couraient sur le SPIN parce que très récemment, genre la semaine dernière (le SPN va à veau l’eau quand je suis pas là), quatre agents de niveau 5 avaient été rétrogradé au niveau 1… Et ça, c’était bien la première fois que ça arrivait dans l’histoire du SPN… Ou en tout cas depuis que j’y étais.

Paraît que ces quatre enfoirés s’étaient un peu trop amusés avec un surnaturel du 4a…

Alors quand Jerry le Nazi (qui était sûrement là parce qu’il était puni aussi parce qu’en général, c’était comme ça que la hiérarchie punissaient les Lvl 6 ou 7 qui merdaient, en les envoyant faire quelques shift comme superviseur au SPIN), cita les blocs et qu’il cita le 4a, je levai ma main, me portant volontaire pour y aller.

Jerry le nazi ricana…

-Oh… agent Barnes… Mais tu sais que tu risques de devoir faire autre chose que de te les glander à la 4a ?

Je haussai les épaules.

-Je faisais déjà le bloc 4a quand tu tétais encore les lolos de ta mère, je te signale. Puis ça évitera que des cons se fassent rétrograder.

Il fit la moue et passa au bloc suivant… Mais quand le briefing fut terminé et que je passai au vestiaire pour aller m’équiper d’une radio, ce petit con m’avait suivi.

-Tu sais, Barnes, tout le monde sait que tu défends ces saloperies. Que t’es trop gentil avec eux quand tu viens au SPIN…

Je haussai encore les épaules, j’en avais vraiment rien à foutre de ce con. Je savais que c’était un con, tellement con que même moi, je trouvais qu’il en valait pas la peine.

-Ben tu sais quoi, mec ? Flower Power… Peace&Love, man. Parce que je préfère encore être un salopard de hippie qu’un enculé de nazi comme toi.

J’accrochai ma radio à mon ceinturon… Mais l’autre me lâchait pas.

-Ouais ben… pousse pas ta chance trop loin.

Il désigna mon alliance d’un signe de tête dédaigneux.

-Qui sait si ta salope de femme en est pas une, d’ailleurs. On devrait peut-être vérifier.

Flower power et Peace&Love, j’ai dit ?

Oh… ben oubliez…

J’empoignai Jerry le nazi et lui envoyai sa tête péter contre un miroir juste derrière lui et y eu un magnifique bruit de bris de verre. Et je le maintins contre, le regardant droit dans les yeux.

-Tu sais quoi, Jerry ? Si c’est qu’un jour, le SPN est en majorité composé de connards dans ton genre, je me ferai un plaisir de changer de camp.

Je lâchai ce con de niveau 6 qui avait une grande gueule, mais une sacrée petite bite quand même et ne fit que me menacer d’un rapport disciplinaire avant de se casser. Et je lui lançai comme à tous les autres :

-Ouais, vas-y ! Je les compte plus, t’façon…

Connard.

Bon… Avec tout ça, je fus vite rejoins par l’équipe de trois gars avec qui j’allais bosser au bloc 4a et, histoire d’avoir la paix, je leur avais dit :

-Bon, les gars, moi, je dors pas la nuit. Alors si vous, vous voulez pioncer, c’est bon pour moi. Tant que si j’appelle en cas de problème vous êtes capable de vous réveiller, pour le reste, je me démerderai bien tout seul. Je vais m’emmerder sinon…

Et du coup, tout le monde était content et on était à peine arrivé au 4a qu’ils sortirent leurs coussins tablettes et autres pour s’occuper jusqu’au moment où ils s’endormiraient comme des mômes. Et en échange, ils me laissaient fumer pénard dans le bloc.

Donc, pendant que c’était qu’ils s’installaient, je pris la farde dans laquelle étaient décrits les trucs particuliers qu’on devait penser à faire. Y avait des trucs que je connaissais déjà comme le traitement d’Edwards. Lui, je l’aimais bien. Il était complètement cinglé, mais je l’aimais bien. Et je savais par les rumeurs que la semaine avait pas été cool pour lui. C’était en partie pour ça que j’avais voulu venir au 4a.

Puis y avait plus de Niffletruc à emmerder, au 4b…

Bon, rien de neuf à ce niveau-là… Son traitement changeait pas et les heures auxquelles fallait lui donner non plus. Pour le reste… Boh rien de neuf non plus… Et ils avaient déjà eu leur souper, alors…

Alors je déconnectai les détecteurs de fumée puis pris dans mon sac ma petite radio et les K7 qui allaient avec. J’avais du Pink Floyd, il allait être content. On était tous les deux fans, c’était peut-être pour ça que j’aimais bien ce petit schizo d’Edwards.

Mais quand j’arrivai à hauteur de la cellule du… on savait même pas ce qu’il était et lui non plus d’ailleurs… enfin soit… il était en train de dormir (en bavant) et je fis la grimace en voyant les marques qu’il avait autour du cou…

-Putain…

J’emmerde le SPN…

Je tapai sur l’écran tactile de la cellule d’Edward et lui baissai l’intensité de la lumière pour qu’il puisse dormir à l’aise… Bien qu’à mon avis, vu les doses qu’on lui filait, il devait pas faire la différence entre lumière éteinte ou pas… Mais bon… Moi, je préférais savoir qu’il était à l’aise au cas où.

Je continuai tout le tour en faisant les cellules qui étaient du même côté qu’Edwards, saluai deux ou trois créatures qui me saluaient parce que je suis un redneck, mais un redneck poli, putain. Puis au bout du bloc, fit toute les cellules en face jusqu’à arriver de nouveau au niveau de celle d’Edwards, mais en face fatalement (pour ceux qu’auraient pas suivi).

Je fis la moue en y découvrant une nouvelle tête… Une jeune femme toute blonde, toute jolie, mais qui portait les fantômes de sale marques et était sacrément pâle.

-Hey… Nouvelle tête…

Je regardai son écran.

-Vivacia… Tu t’appelles Vivacia…

J’entrai mon matricule et j’eus accès à son dossier sur l’écran tactile. Je voulais juste voir de quelle race elle était… Mais le nom d’Howard Rose me sauta aux yeux dans son dossier. Elle avait été capturée chez Howard Rose…

Et Howard ??? Il avait été pris ou quoi ? Non, sinon il serait dans ce bloc et en plus, il était pas dans les noms de ceux qui étaient en isolement.

Je me mordis la lèvre et m’accroupis devant la vitre…

-Putain, mais qui t’a fait ça ?




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vivacia Chispa
avatar

Messages : 181
Localisation : Chez Howard

Feuille de personnage
Âge: Grèce Antique
Métier: Agent artistique
Particularité: Muse accompagnée du Renard de Teumesse

MessageSujet: Re: A View From The Other Side [PV vivacia]   Ven 14 Sep - 12:18



A view from the other side



ft Frank Barnes





On était entré dans la ronde rituelle, ritournelle de chansons, de faux traitements, d’interrogations, d’histoires et de contes en tout genre, de discussions avec son voisin, laissant les autres faire ce qu’ils avaient à faire, même si le fameux traitement promis n’avait aucun effet sur elle. Ce n’était pas de soin dont elle avait besoin mais de liberté. Elle lui avait dit au Docteur de la forêt qu’elle ne pourrait pas la soigner. Que son mal ne guérirait que si elle pouvait s’en aller…..

Bien sûr, il n’en était pas question, …..personne ne la laisserait s’échapper, le papillon était désormais épinglé, même si chaque nuit et chaque journée, elle rêvait de s’envoler… tel un papillon doré. Ce n’était, ça ne restait qu’un rêve……
Un rêve qu’elle répétait inlassablement en pensée comme un écho sans fin, toute la journée ou la nuit, ne faisant de toute façon pas grande différence ici…. ici où il n’y avait aucune parcelle de ciel bleu, aucune feuille dansant dans le vent, rien, même pas un souffle, aucun souffle d’inspiration

…..que les murs, …le froid du silence quand David ne le rompait pas de sa voix et de ses chansons, son seul phare dans la nuit….un phare étrange et brillant parfois de différentes couleurs, donnant des signaux discordant, tournant sur lui-même à vous en rendre fou, fou de délires et de mots désaccordés souvent, soumis à cette maladie qui pourtant ne l’en rendait pas moins intéressant aux yeux de la muse. Unique en son genre par ses auras virevoltant, soigneur malgré lui d’une muse sur le déclin….

Déclinante et fatiguée, elle leva pourtant un regard sur ce nouveau visage apparaissant derrière son écran de prison…..Nouveau visage, nouvelle tête, dit-il en écho à sa pensée. Oui elle s’appelait Vivacia, elle s’appellerait encore un peu comme ça, jusqu’à ce que le néant gagne cette bataille….

Vivacia se redressa lentement sur son séant, n’ayant que peu bougé de derrière cet écran invisible qui pourtant la séparait du reste du monde. Il venait de lui poser une question. Le regard de Vivacia se baissa alors sur les bottes de l’homme et elle répondit d’un air lointain en les fixant.

- Les bottes noires des tueurs d’espoir. Est-tu comme eux, nouvelle tête ? David dit que vous avez des chiffres à la place des noms……mais les chiffres sont trop mathématiques, pas assez poétiques….


Elle soupira, comme si parler autant lui demandait trop d’effort.

- De quel genre est-tu, bottes noires ? Mathématique ? Ou poétique ?




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frank Barnes
avatar

Messages : 2061
Age : 42
Localisation : Brooklyn

Feuille de personnage
Âge: 42 ans
Métier: Agent de niveau 4 (Sniper)
Particularité: Amoureux d'un Ange

MessageSujet: Re: A View From The Other Side [PV vivacia]   Ven 14 Sep - 14:17



A View From The Other Side



ft. Vivacia Chispa


Sincèrement, pour voir Jerry le nazi, les marques autour du cou d’Edwards et la petite nouvelle qui avait subi des coups qui ne pouvaient venir que des agents qui l’avaient chopée, je me demandais si j’aurais pas encore préféré me retrouver trempé sur le toit du Warehouse2, finalement.

La conversation que j’avais eue avant le mariage, au cottage, avec la morrigane m’était revenue en tête.

Ok, dans le dossier de cette Vivacia, c’était marqué qu’elle avait trois pouvoirs : illusions, télékinésie et invisibilité. Mais quand j’allais plus loin, y avait pas grand-chose (avec mon matricule, j’avais accès qu’au dossier de niveau 4, forcément), si ce n’était qu’elle avait été capturée chez Howard Rose. Mais aucun casier que ce soit au civil ou au SPN… Pas de mort, pas de blessés lors de sa capture…

Que dalle.

Enfin, à part elle, qui avait été blessée, apparemment.

Ils avaient voulu choper Rose et il n’y avait qu’elle à la maison. Une muse, que ça disait qu’elle était, sur l’écran. Je savais pas grand-chose, mais ça sonnait pas méchant, une muse. Enfin, je pensais pas. Sandy aurait peut-être su me le dire, elle.

Mais y avait un truc que j’avais appris via Scarlet : c’est pas parce qu’une fille vit avec un connard que c’est forcément une connasse du même genre. Pas que la morrigane m’avait fait comprendre ça au marteau-piqueur, mais c’était tout comme.

Quant au reste, j’étais fort bien placé pour savoir que l’amour n’est pas un crime.

Je pinçai mes lèvres alors que la muse regardait mes boots comme si c’était la chose la plus représentative de ma personne à ses yeux. Ouais… C’était bien des agents qui l’avaient mise dans cet état-là. Mais j’allais pas trop m’aventurer à des conclusions hâtives même si après ma petite altercation avec Jerry le Nazi dans le vestiaire, c’était pas l’envie qui manquait.

Mais c’était qu’elle essayait peut-être de m’embobiner aussi.

Avant de répondre, je regardai vers les trois autres agents, tous installés avec leurs tablettes et leurs écouteurs dans les oreilles.

-Heu… Non, moi je passe pas les surnaturels à tabac pour le fun…

Je suis plutôt du genre à les laisser se casser pour qu’ils reviennent faire plus de dégâts après…

Je regardai brièvement vers la cellule d’Edwards qui était dans le coma avant de sourire à la jeune femme.

-Ouais… Edwards retient les matricules parce qu’il les voit sur nos uniformes alors que nos noms, il les entend que de temps en temps. Y retiens plein de trucs compliqués puis pas les trucs cons des fois…

Je sentais bien et je le voyais aussi, qu’elle était vraiment pas en forme. Pourtant, y avait rien de spécial de marqué dans la farde du bloc 4a sur elle, genre si elle était malade ou quoi. Et j’avais pas forcément accès à toutes les informations non plus.

Elle m’appelait « bottes noires »… Ouais, pour répondre à sa propre question à son sujet, elle devait être du genre poétique. Elle parlait en rimes en plus… Sandy aurait adoré…

Elle m’aurait sûrement dit de libérer presque tout le monde aussi…

-Aucun des deux… Je suis nul dans ma propre langue et les math c’est pas mon fort non plus.

Je haussai les épaules.

-Mais je suis l’agent Frank Barnes, en dehors de ça.

C’était pas vraiment un secret, d’un autre côté. Les autres allaient quand même m’appeler par mon nom ou mon prénom pendant le shift alors… Y avait vraiment qu’Edwards qui nous appelait par nos matricules.

Je fis la moue.

-Et ton pote, Howard Rose… Il s’est fait prendre aussi ?

Il avait peut-être été exécuté, qui sait ? La faute au karma ou quoi… Si c’était le cas, je pouvais pas dire qu’il allait me manquer. J’étais gentil, mais pas totalement con.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vivacia Chispa
avatar

Messages : 181
Localisation : Chez Howard

Feuille de personnage
Âge: Grèce Antique
Métier: Agent artistique
Particularité: Muse accompagnée du Renard de Teumesse

MessageSujet: Re: A View From The Other Side [PV vivacia]   Ven 14 Sep - 23:16



A view from the other side



ft Frank Barnes




Les surnaturels….. Vivacia digéra les mots de la nouvelle tête…..passer à tabac, était une expression amusante, mais pour mieux déguiser la vilénie qu’il y avait derrière….. pour le fun. Pour s’amuser….

- Pour s’amuser, répéta-t-elle comme n’arrivant pas à assimiler ça….puis elle soupira, serrant ses bras autour de ses genoux.

Il lui parla ensuite d’Edwards, et il lui fallut quelques instants à Vivacia pour comprendre qu’il parlait de David…. David lui aimait plus les chiffres, même s’il connaissait les noms. C’était plutôt étrange mais après tout, chacun avait ses passions…. Elle, les chiffres ne lui parlaient pas vraiment. Et pas plus à cet homme. Mais la poésie non plus ne lui parlait pas. C’est vrai qu’il avait une façon particulière de s’exprimer, rien de vulgaire, juste…. Juste….quel était le mot ?.... Vive ne le trouva pas, oubliant de quoi il était question finalement.

Alors elle répéta son nom.

- Frank Barnes….. Frank….Franky gentil, dit-elle avec une ombre de sourire. Avant d’ajouter avant qu’il ne se fâche….. difficile de trouver une rime à Frank….à moins de parler allemand et ce n’est pas une langue très jolie à parler…. Frank ist krank wie ein Schrank….. ce qui ne veut rien dire du tout… conclut-elle en soupirant.

Elle posa sa tête sur ses bras enroulés avant de sursauter à la mention d’Howard et son regard retrouva pendant un instant son éclat.

- Howie ? Non !! Non enfin je ne l’espère pas…. Néo lui aura dit…. Ou pas….C’était lui qu’ils étaient venu chercher, et c’est moi qu’ils ont trouvé…. Même si je n’ai rien fait, ils m’ont arrêtée…..

Vivacia s’approcha alors de la vitre, posant ses deux mains contre elle, et approchant son visage, elle lui dit, comme si elle lui disait le plus important des secrets.

- Les muses ne doivent pas être enfermées, c’est comme si on tuait toute inspiration. L’homme sans inspiration n’est rien… si je disparais…. Il n’y aura plus que des Bolton sans rêve…..Du noir, du gris, de la sans couleur, des mots qui ne disent plus rien, de la musique qui sonne creux…..il n’y a plus de rime, c’est la fin.

Elle le regarda encore et lui demanda.

- Est-ce que tu connais une chanson ? David chante pour moi parfois… ça m’aide à ne pas m’effacer trop vite….. ou une histoire ? … connais-tu des histoires ? une jolie…. Une qui finisse bien.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frank Barnes
avatar

Messages : 2061
Age : 42
Localisation : Brooklyn

Feuille de personnage
Âge: 42 ans
Métier: Agent de niveau 4 (Sniper)
Particularité: Amoureux d'un Ange

MessageSujet: Re: A View From The Other Side [PV vivacia]   Sam 15 Sep - 13:31



A View From The Other Side



ft. Vivacia Chispa


Cette fille, cette Vivacia, cette muse, avait été capturée à l’adresse même que j’avais dans la poche de mon uniforme juste là maintenant. J’avais pas encore décidé, ni même trouvé le moyen de faire parvenir l’information au SPN mais apparemment, ça valait même plus le coup.

Est-ce que Scarlet avait cru que j’allais me dégonfler ? Je fronçai les sourcils et fit la moue à cette pensée. Nan… Nan, je pensais pas que ce soit son genre d’autant qu’elle avait dit qu’elle me laisserait le choix et que j’avais bien compris (lentement mais sûrement), qu’elle prenait à cœur sa mission de Morrigane et tout…

Et puis on avait une autre promesse entre nous et jusque-là, elle l’avait tenue.

Puis Howard Rose était quand même recherché par le SPN depuis un bail… Et maintenant qu’il avait volé des artéfacts, à mon avis, ce bon vieux Pierce avait juste mis le paquet par orgueil.

C’était donc par curiosité à ce niveau-là que j’avais entamé la conversation avec Vivacia… Elle avait rien en commun avec certains monstres qu’on gardait ici… Elle m’avait plutôt l’air d’être du même acabit qu’Edwards en fait : complètement paumée.

Je souris vaguement, un peu tristement, même, accroupis devant sa cellule pour être plus ou moins à sa hauteur.

-Ouais… Franky beaucoup trop gentil, même.

Pas que ton petit copain en a profité pour foutre la merde, mais c’est tout comme.

En parlant de lui, autant savoir s’il avait été capturé, exécuté, ou pas. Mais déjà, je pensais bien que je pouvais jeter le bout de papier avec son adresse puisque le SPN l’avait déjà.

Et les choses s’assombrirent encore quand je compris que si Howard Rose s’était pas fait prendre, c’était la jeune femme toute pâle à l’air malheureux maintenant en cellule qui avait été capturée à sa place.

Je soupirai, non sans un regard vers les autres qui en avaient toujours rien à foutre :

-Putain… fais chier.

Je passai une main sur mon visage. Pourquoi les connards crevaient toujours de bol, hein ? Quelqu’un peut me dire ça ?

Elle n’avait rien fait, qu’elle avait dit… Ouais… Quelque part, j’en doutais pas… Sauf qu’elle avait pas besoin de faire quelque chose pour se retrouver ici… Elle avait juste besoin d’exister, ça suffisait. Et ça, j’avais jamais trouvé ça vraiment normal.

J’allumai une cigarette, m’asseyant à terre, me hissant pour arriver dos contre la vitre de la cellule de la muse alors qu’elle avait posé ses deux mains dessus pour me parler et laissai échapper une longue bouffée de fumée.

J’avais la tête tournée vers elle… Elle disait qu’elle allait…

-Disparaître ?... T’effacer ? Mais qu’est-ce que tu racontes ?

J’avais compris le principe : enfermée au SPIN, sans couleurs, sans émotions, piégée dans une routine minutée, elle allait quoi… s’évaporer ou quoi.

Je la regardais les yeux écarquillés.

Putain, mais c’était juste horrible comme idée.

J’arrivais plus à me défaire de l’idée qu’un jour, Sandy pourrait très bien se retrouver ici. Il faudrait me passer sur le corps avant, bien sûr, mais n’empêche.

Je fis tourner mon alliance nerveusement autour de mon doigt. Je regardai les autres, Vivacia, puis Edwards qu’elle disait qu’il lui chantait des chansons et que ça la maintenait en vie.

Je mordis ma lèvre.

-Je connais plein de chansons.

Avec David on aurait pu organiser des soirées karaoké au SPIN mais je doute que l’idée soit validée par Pierce.

Je lui désignai les autres de la tête.

-Mais je peux pas chanter ici.

Je parlai plus bas.

-Mais ouais, je peux peut-être te raconter une histoire.

J’avais vu tellement de trucs, tellement de trucs bizarres, horribles ou magnifiques, que je pouvais plus vraiment jouer les sceptique face à cette histoire d’effacement qu’elle me racontait.

Je fis tourner mon alliance encore une fois autour de mon doigt avant de commencer… Toute l’histoire, je la racontai en regardant ma bague et en sachant que Sandy portait sa sœur alors qu’elle était en train de… faire je savais pas quoi, lire peut-être, paisiblement à la maison.

-C’est l’histoire d’un type qui avait ramassé tellement sur sa gueule, qui avait vu tellement de conflits, qu’il faisait plus confiance à grand-monde et qui… savait presque plus que faire la guerre. Il avait choisi d’oublier ce que c’était l’amour aussi parce que… bah c’était plus facile de faire sans…

Et ce gars… un jour… put plus faire la guerre parce qu’il avait eu un accident. Alors il est passé par une très mauvaise passe où à part ruminer sa frustration et boire, y foutait pas grand-chose. Puis un jour, un gars super bien habillé et tout était venu à lui… Et il lui proposa de refaire la guerre, mais pas contre ses semblables. Contre des gens différents. Avec des pouvoirs comme toi.

Alors ce type accepta… Pas parce qu’il avait une dent contre les gens avec des pouvoirs mais parce qu’il savait plus rien faire d’autre que la guerre. Peu importe la cible. Tant qui pouvait tirer dedans.

Et un jour, ce gars croisa la route d’une jeune femme magnifique qui voulait juste aider les gens et faire le bien. L’homme a été méfiant au début, il a même crié sur cette femme aux cheveux roux. Peu importait qu’il la trouvait super belle parce que… elle lui faisait peur. Elle lui faisait peur parce qu’elle faisait trembler tout ce en quoi il croyait encore.

Mais il eut vite des remords de lui avoir crié dessus… Heureusement, le destin fit qu’il put voir à nouveau cette fille et il en profita pour s’excuser. Elle accepta ses excuses parce qu’elle était bien gentille… Et elle accepta même de le revoir et tout.


Je souris avant de reprendre…

-Et alors… de fil en aiguille, ben… Elle lui apprit à se rappeler de toutes les émotions qu’il avait choisi d’oublier et lui, en échange, lui apprenait à voir mieux les dangers du monde que la gentillesse ne suffisait pas à éviter… Et forcément, ils tombèrent amoureux l’un de l’autre. Super fort… L’agent du SPN…

Je jetai un regard vers les autres et baissai encore d’un ton, murmurant presque.

-Et l’ange… Parce qu’elle lui apprit un jour qu’elle faisait partie de ces gens qui étaient ses cibles. Tout comme lui, lui apprit qu’il était un chasseur de surnaturels.

Je me tournai un peu plus vers Vivacia, assis face à face avec elle, mes yeux bleus rivés dans les siens.

-Et tu sais ce qu’ils ont fait ? Elle envoya Dieu se faire mettre et lui envoya le Gouvernement se faire mettre aussi. Ils choisirent de ne pas suivre les règles qui voulaient les séparer, d’un côté comme de l’autre… Et ils se marièrent pour prouver que rien ne pourrait se mettre en travers de leur amour.

Je souris…

-Et la suite, je la connais pas encore…




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vivacia Chispa
avatar

Messages : 181
Localisation : Chez Howard

Feuille de personnage
Âge: Grèce Antique
Métier: Agent artistique
Particularité: Muse accompagnée du Renard de Teumesse

MessageSujet: Re: A View From The Other Side [PV vivacia]   Sam 15 Sep - 22:27



A view from the other side



ft Frank Barnes





Trop gentil ? Non, on ne l’était jamais assez. Même elle, elle pouvait faire mieux, oui beaucoup mieux…. Si elle avait su….Elle aurait été plus gentille avec Néo. Elle lui aurait donné tous les poulets qu’il voulait quitte à l’engraisser jusqu’à ce qu’il ne puisse plus marcher…..Néo….son ami le plus dévoué, à présent où est-ce qu’il était ? Et Howie ?....il ne se passait pas un instant sans qu’elle ne pensât à lui…..

Vive soupira, sursautant à peine alors que Franky soudain s’énerva pour une raison qui lui échappait. Mais de toute façon tout lui échappait désormais….Peut-être qu’il n’aimait pas ce qu’elle lui disait, l’absolue vérité pourtant. Le fait qu’elle était condamnée si elle restait enfermée. Ce qu’elle lui répondit encore puisqu’il semblait avoir besoin d’une confirmation.

- La vérité…..absolument, je suis l’essence même de l’inspiration, mais pour vivre, c’est donnant donnant, je l’offre aux hommes qui ont du talent, même une petite once seulement et en échange, ils m’offrent leurs rêves et leurs espoirs…. L’espoir, sans lui, on n’est rien, rien du tout.

Alors elle lui avait demandé s’il connaissait une chanson, parce que c’était ça qui la maintenait en vie, l’éternel cercle des muses……un peu de poésie, de chants, ou quelques représentations de talent, du rire et même de la comédie, un jeu auquel Howard excellait, même ça, c’était nécessaire, pas obligé de n’être que vérité, du moment….du moment qu’elle pouvait espérer…. Et là elle commençait sérieusement à en manquer….comme lui, lui manquait…..

Frank connaissait des chansons mais il préféra finalement lui raconter une histoire….. et quelle histoire. Captivée, Vivacia l’écouta et bien plus encore, elle l’observa et son regard brilla en le voyant tant irradier de cet amour qu’il ressentait pour son Ange. Ce n'était pas difficile pour elle de deviner que cette histoire là était la sienne...., une si jolie histoire, si émouvante que quand il y porta la conclusion qui n’en était pas une, le visage de la muse était baigné de larmes, de jolies larmes parce que c’était une belle histoire, un peu triste, mais dont la fin était juste absolument magique, absolument magnifique.

- Merci murmura-t-elle, essuyant ses larmes. C’est une très belle histoire…… je suis contente que le gentil Franky ait trouvé sa muse, celle qui le fera toujours rêver et espérer, quoiqu’il arrive….car nul ne devrait rester seul.
Et désormais c’était elle dont le destin n’était pourtant pas de le rester qui l’était….

Alors inspirée par la jolie histoire et par le visage auquel elle ne cessait de penser, Vivacia se mit à chanter, laissant sa voix, un doux murmure s’élever lentement dans sa cellule en une délicate et jolie complainte, celle de la muse qui plus jamais ne reverrait le visage de son aimé……

C’est pour lui qu’elle chanta, la voix portant au-delà des murs car aucun mur ne pouvait arrêter la force des sentiments, allant bercer doucement les gardes endormi, interrompant ceux qui ne dormaient pas pour aussitôt tendre l’oreille vers cette voix si triste, cette complainte émouvante qui les força pour ceux qui gardaient les yeux ouverts à se rapprocher pour l’écouter chanter…..


Fields of Gold - Katie Melua

You'll remember me when the West wind moves
Tu te rappelleras de moi lorsque le vent d'Ouest soufflera
Upon the fields of barley
Sur les champs d'orge
You'll forget the sun in his jealous sky
Tu oublieras le soleil dans son ciel jaloux
As we walk in fields of gold
Alors que nous marcherons dans des champs d'or

So she took her love for to gaze awhile
Alors elle pris son amour pour porter son regard un instant
Upon the fields of barley
Sur les champs d'orge
In his arms she fell as her hair came down
Elle s'effondra dans ses bras alors que sa chevelure se déversait
Among the fields of gold
Parmi les champs d'or

Will you stay with me, will you be my love
Resteras-tu avec moi, seras-tu mon âme soeur
Among the fields of barley
Parmi les champs d'orge
We'll forget the sun in his jealous sky
Nous oublierons le soleil dans son ciel jaloux
As we lie in fields of gold
Alors que nous serons étendus dans des champs d'or

See the West wind move like a lover so
Vois le mouvement du vent d'Ouest tel un amoureux
Upon the fields of barley
Sur les champs d'orge
Feel her body rise when you kiss her mouth
Sens son corps s'élever quand tu embrasses ses lèvres
Among the fields of gold
Parmi les champs d'or

I never made promises lightly
Je n'ai jamais fait de promesses inconsidérées
And there have been some that I've broken
Et il y en eu certaines que je n'ai pas tenues
But I swear in the days still left
Mais je jure que pour les jours restants
We'll walk in fields of gold (X2)
Nous marcherons dans des champs d'or (X2)

Many years have passed since those summer days
Beaucoup d'années ont passé depuis ces jours d'été
Among the fields of barley
Parmi les champs d'orge
See the children run as the sun goes down
Vois les enfants courir alors que le soleil se couche
Among the fields of gold
Parmi les champs d'or

You'll remember me when the West wind moves
Tu te rappelleras de moi lorsque le vent d'Ouest soufflera
Upon the fields of barley
Sur les champs d'orge
You can tell the sun in his jealous sky
Tu peux le dire au soleil dans son ciel jaloux
When we walked in fields of gold (X3)
Quand nous marchions dans des champs d'or (X3)




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frank Barnes
avatar

Messages : 2061
Age : 42
Localisation : Brooklyn

Feuille de personnage
Âge: 42 ans
Métier: Agent de niveau 4 (Sniper)
Particularité: Amoureux d'un Ange

MessageSujet: Re: A View From The Other Side [PV vivacia]   Lun 17 Sep - 11:27



A View From The Other Side



ft. Vivacia Chispa


La muse m’expliqua comment les choses fonctionnaient pour elle. Quand je mourrai, je pourrai pas dire que j’aurai pas vu un tas de truc complètement dingues. Mais pour un type qui vivait et était même marié à un ange, a quoi est-ce que je pourrais encore ne pas croire, hein ?

Donc, elle se nourrissait de l’espoir, des rêves, de l’imagination des gens, en gros et en échange, elle les inspirait. C’était un système en vase clos, quoi.

Mais si ça pouvait empêcher que tout le monde se change en l’agent Bolton, et si ça tenait qu’à une histoire, c’était pas cher payé.

Même si je doutais quand même que si elle disparaissait, tout espoir disparaîtrait avec elle… On pouvait quand même pas confier ce job à une seule personne, si ?

Je savais pas trop, mais j’avais pas spécialement envie de tenter le diable.

Alors je lui racontai la plus belle histoire que je connaissais. Celle qui avait même réussi à attendrir une Morrigane dont les légendes disait que c’était que la vengeresse était pas commode. Enfin soit… Je fis un peu comme je pus parce que, comme je lui avais dit, j’étais pas spécialement fort en poésie et j’avais pas 20 000 mots de vocabulaire au compteur.

Et tout en lui racontant, mon dos appuyé contre la vitre de sa cellule, mais un peu en biais pour pouvoir surveiller ce qu’elle faisait (ma vigilance redescendait rarement et encore plus rarement depuis que Rose m’avait mordu et que j’avais failli y passer tout seul sur le toit du Warehouse1), tirant sur ma clope quand je cherchais mes mots, je la regardais…

Et plus je parlais, plus ses yeux brillaient et plus ses yeux brillaient, même si ses larmes étrangement claires se mirent à couler, plus elle me semblait reprendre des couleurs, même dans la pénombre grise du SPIN. D’ailleurs, pour mieux la regarder, j’avais fini par me mettre face à sa cellule. Les autres faisaient pas attention… Pour eux, c’était jamais qu’un shift de plus dans ce foutu SPIN qu’ils voyaient tous les jours.

Pour moi, venir au SPIN avait toujours été un peu spécial… Et j’avais appris beaucoup de choses en discutant pour passer le temps avec les prisonniers, sans même m’en rendre compte.

Elle eut un sourire magnifique entre ses larmes quand c’est qu’elle me dit que c’était une jolie histoire et je répondis à son sourire… Mais baissai les yeux parce que je faisais partie de ceux qui la maintenaient enfermée ici, la condamnant à être seule sans celui qu’elle aimait (même si c’était un connard)… D’un côté, j’avais pas le code pour ouvrir sa cellule… Et même si je l’avais eu, je lui aurais pas ouvert…

Parce que ça aurait été mettre un terme à l’histoire que je venais de lui raconter. Parce que si je lui ouvrais, elle serait libre, mais moi, je me ferais arrêter. On ne ferait qu’échanger les rôles. Et égoïstement, je me disais que même si elle était innocente, inoffensive et tout ce qu’on voulait…

Mieux valait elle que moi.

C’est con, hein ? Mais c’est comme ça. Chacun sa merde.

-Je suis désolé…

Je pouvais pas franchement faire mieux. Et de toute façon, j’aurais même ouvert sa cellule si j’avais eu le code qu’elle aurait pas su aller bien loin.

Alors, elle se mit à chanter et je fus capté direct par sa voix… La musique se colla dessus, dans ma tête, un doux air de guitare qui me rappelait un peu Nola… Et je savais pas si c’était la muse qui « m’envoyait » la musique ou si c’était juste qu’à force de baigner dans de la musique tout le temps, j’avais comme un truc pour faire de la musique tout seul dans ma tête même si c’était que je savais pas jouer d’un instrument.

Juste chanter, ça je savais… Sandy disait que je savais.

Mais apparemment, j’étais pas le seul à qui ça attira l’attention. Deux des agents qui étaient avec moi retirèrent leurs écouteurs, le troisième dormait. Et ils se rapprochèrent pour se poster légèrement en retrait derrière moi et l’écouter aussi, religieusement, jusqu’à la fin.

Quand elle soupira la dernière note, ce fut comme tomber d’un mètre de haut et le SPIN me sembla plus sombre qu’il ne l’avait été pendant qu’elle chantait.

Je secouai la tête… Les deux autres la regardaient bouche bée. Jusqu’à ce qu’un des deux retrouve l’usage de la parole.

-C’était très beau… Tu peux chanter tant que tu veux, ma belle. C’est pas encore un crime.

Je souris, reprenant mes esprits à mon tour.

-Ouais, sauf si c’est que tu t’appelles Justin Bieber.

L’agent James s’esclaffa, l’autre agent se retourna en sursautant.

-Oh putain Edwards ! M’a fait peur, ce con…

Je me retournai pour voir Edwards debout dans sa cellule, son front contre sa vitre, les yeux rivés fixes sur la fille dans la cellule d’en face qui venait de chanter. Je levai mon cul.

-Haaan, bah il a dû réagir à la musique.

Je m’approchai de sa cellule, me plaçant face à lui mais ses yeux bougèrent pas. Il restait complètement immobile en fait… Je passai ma main plusieurs fois devant ses yeux.

-Edwards… David ? Y a quelqu’un ?

Ses pupilles étaient complètement dilatées.

-Putain, vous lui avez donné quoi ?

L’agent James s’approcha, plutôt confiant. S’il y avait bien un habitué de la 4a, c’était lui. Il vint se placer à côté de moi qui claquais mes doigts devant les yeux d’Edwards sans provoquer la moindre petite réaction. Même pas un petit clignement…

-T’inquiète, Barnes… Il nous fait un peu de somnambulisme. Vas dans ton lit, Edwards. C’est la nuit encore…

Et là, le jeune homme bougea pour aller se recoucher comme si de rien n’était.

-Beuh… il va encore me filer des cauchemars.

James rigola et frappa sur l’épaule de l’agent plus jeune et, ayant apparemment déjà oublié la muse, ils retournèrent s’installer devant leurs films respectifs, écouteurs sur les oreilles.

Mais moi, je l’avais pas oubliée.

Je restai debout, m’appuyant juste de mon avant-bras sur la vitre de la cellule de Vivacia.

-Il te manque, hein… ? Rose, je veux dire…

Mon ton était plein d’empathie parce que je pouvais me projeter, si j’étais à la place de Vivacia et que j’aurais aucune idée d’où serait Sandy.

L’amour était vraiment débile… Entre moi, agent du SPN amoureux fou d’un ange (en soi, c’était pas mal mais ça compliquait les choses), Scarlet Morrigan amoureuse d’un terroriste notoire, Vivacia, amoureuse du plus grand connard d’enfoiré que la Terre ait porté…

Allez comprendre…

Je soupirai…

-C’est lui qui devrait être là. Pas toi…

Je jetai un regard aux autres agents et me remis à parler tout bas.

-Si j’avais fait mon job convenablement, tu risquerais pas de disparaître… Et Rose serait là parce que lui, c’est un vrai criminel…




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vivacia Chispa
avatar

Messages : 181
Localisation : Chez Howard

Feuille de personnage
Âge: Grèce Antique
Métier: Agent artistique
Particularité: Muse accompagnée du Renard de Teumesse

MessageSujet: Re: A View From The Other Side [PV vivacia]   Lun 17 Sep - 22:32



A view from the other side



ft Frank Barnes






David, elle ne l’avait pas vu tout de suite, occupée à observer ces hommes qui échangeaient entre eux, finissant par l’oublier très vite. Car pour eux, ça faisait partie de la normalité qu’elle fut enfermée, indifférents à son sort, si ce n’est qu’ils avaient quand même apprécié sa chanson, n’hésitant pas du reste à l’encourager à chanter encore…..tel un oiseau en cage, enfermé pour sa jolie voix. Mais un oiseau chantait toujours mieux en liberté……ce qu’elle s’abstint de dire.

Elle fit un signe à David mais ce dernier n’avait pas l’air dans son assiette, ce qui hélas était souvent le cas. Vive soupira avant de reporter son attention sur Franky gentil, et raconteur de jolies histoires. Lui était resté là et lui demanda si Howie lui manquait. Vivacia comme traversée par un nouveau courant froid, hocha la tête et serra à nouveau ses bras autour de ses genoux, se tassant un peu plus encore dans l’angle de sa cellule.

- Howie…..oui, il me manque…..un peu plus à chaque instant,
souffla-t-elle, posant doucement sa tête sur ses genoux.

Puis elle se redressa face à son accusation, à la fois surprise et ayant envie de protester.

- Ni lui ni moi….personne ne devrait être là…..

Sauf qu’il ajouta quelque chose qu’elle ne comprit pas.

- Ce n’est pas à cause de toi que je suis là, mais à cause…..elle se tut, ne sachant plus…… à cause de qui, à cause des bottes noires ? ou à cause d’Howie ?

C’est en tout cas ce que semblait penser Franky gentil qui ne le fut plus tant que ça quand il dit qu’Howie était un criminel…. Un « vrai »…..Alors elle repensa à ce que Bolton au cœur gris lui avait dit.

- Est-ce que c’est vrai ? ce que Bolton a dit ? Qu’il a tué des hommes ? demanda-t-elle timidement.....Howie, je sais que c’est un voleur parce qu’il est comme ça…. Mais…j’ignorais qu’il tuait…….termina-t-elle tout bas. Je ne savais pas.

Ses larmes recommencèrent à couler mais cette fois d’impuissance, parce qu’elle savait que Franky avait raison……elle payait pour Howie. Pourtant, elle voulait encore croire en lui.

- Est-ce qu’on choisit ce qu’on est ?......demanda-t-elle soudain. Moi je suis née muse pour inspirer les hommes, mais nul ne me l’a demandé…. Et j’ai fini par mettre les dieux en colère à force de me rebeller……. Et puis j’ai découvert que sur terre, c’était plus amusant que je ne pensais. Alors j’ai fait ce qu’on attendait de moi….. mais Howie lui……a-t-il choisi ? d’être ce qu’il est ? Si j’’avais su, je lui aurai dit…. Il voulait qu’on aie beaucoup d’argent pour moi…. pour m’offrir ce dont je n’avais de toute façon pas besoin. A présent, ce dont j’ai besoin , c’est lui…..mais il est trop tard n’est-ce pas ? ….trop tard.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frank Barnes
avatar

Messages : 2061
Age : 42
Localisation : Brooklyn

Feuille de personnage
Âge: 42 ans
Métier: Agent de niveau 4 (Sniper)
Particularité: Amoureux d'un Ange

MessageSujet: Re: A View From The Other Side [PV vivacia]   Mer 19 Sep - 13:13



A View From The Other Side



ft. Vivacia Chispa


La jeune femme chantait vraiment bien… Et sa chanson était triste. Ouais, moi non plus j’aimerais pas être enfermé injustement (j’aimais pas ça, en fait, parce que ça m’était déjà arrivé plusieurs fois)… Parce que je la croyais, cette fille, quand elle disait qu’elle avait rien fait de mal. Je la croyais surtout parce qu’elle avait été arrêtée chez Rose… A la place de Rose…

Comme si elle avait été qu’un lot de consolation, en fait…

Alors que Rose, lui, aurait mérité l’enfermement ! Même la Morrigane, qui avait rien à voir avec le SPN et qui était elle-même une surnaturelle, trouvait que le SPIN, c’était pas cher payé pour un enfoiré de la trempe du vampire.

Sauf que comme tout enfoiré qui se respecte, il était passé à travers les mailles du filet, bien évidemment.

Bon… Après la belle chanson qu’elle avait chantée, il avait fallu remettre Edwards au lit parce qu’il s’était levé. Somnambulisme, qui disait, James. Ouais, probablement qu’il avait raison, mais j’étais sûr qu’il en aurait pas fait s’il avait pas entendu la musique. Il adorait ça autant que moi.

Puis j’avais demandé à la fille si Howard lui manquait. Je souris tristement… Elle l’appelait Howie et tout… Putain, à se demander si elle savait vraiment qui était le type avec qui elle sortait…

Je voulais pas bousiller leur amour, quelque part, mais en même temps, je me demandais si la petite muse était pas en train de se faire arnaquer plein tube par le vampire.

Et alors, je lui avais dit qu’elle était là à tort et que c’était Rose qui aurait dû être à sa place. Elle avait relevé la tête, m’avais fusillé du regard et avait affirmé fermement que personne ne devrait être dans un endroit pareil.

-Et on ferait quoi des criminels alors ?

On les laisse en liberté ? Libre de tuer, violer, et autre joyeusetés du genre ? Je la regardais, pas fâché du tout, mais sceptique quand même.

Elle commença une autre phrase qu’elle ne termina pas… Avant de me poser plutôt d’autres questions, avec beaucoup moins de certitude que ce qu’elle avait essayé de dire juste avant.

Et effectivement, je me rendis compte qu’elle était loin de savoir ce qu’on reprochait à Howard Rose, en dehors d’être un vampire…

Je m’accroupis à nouveau devant sa cellule, pour la regarder.

Oh je sentais que ce que j’allais dire allait pas aider. Mais d’un autre côté, elle méritait de savoir, non ? Puisqu’apparemment Rose était un menteur invétéré, en plus du reste.

Je commençai par hocher doucement la tête.

-Ouais… J’aime pas Bolton mais pour le coup, il a dit vrai.

Elle pleurait, ses larmes coulaient sur ses joues mais c’était pas les mêmes larmes que quand je lui avais raconté mon histoire.

-Ouais… Howie a tué quatre de mes collègues pour piquer des trucs…

Et c’était que la partie soft de l’histoire  parce qu’il avait été encore bien plus un enculé que ça.

Je laissai parler la muse, écoutant ses questions, ses réflexions… Elle pensait… ou elle semblait penser… Que Rose avait tué parce qu’il était vampire…

Quand elle eut fini, je secouai la tête.

-Non. On choisit pas ce qu’on est. Que les vampires tuent pour se nourrir est pas un problème pour moi. C’est les humains qui doivent accepter de plus être tout en haut de la chaîne alimentaire. Et je suis ok avec le concept qu’ils ont pas choisi.

William Stark m’avait pointé avec mon arme alors que j’étais évanoui parce qu’il pensait que j’allais me transformé… J’étais pas hypocrite à ce point-là…

-Le problème de Rose, c’est pas ce qu’il est par la force des choses. C’est qui il a choisi d’être.

J’hésitai deux secondes avant de me lancer.

-Tu veux la vérité ? La vraie histoire ? Complète ? Celle que même le SPN connait pas ? Mais je te préviens, celle-là se fini pas bien.

Je jetai un regard vers les autres agents avant de l’appuyé sur la muse. Pour qu’elle voit bien que je lui racontais pas des conneries.

-Avant de tuer quatre agents et de voler des trucs au SPN, j’avais déjà attrapé ton petit-ami alors qu’il essayait de s’introduire dans un de nos entrepôts. Je lui avais cramé ses yeux pour le neutraliser. J’aurais pu le tuer ou l’envoyer recta ici. Mais j’ai été trop bon et trop con et tu sais ce que j’ai fait ? Je lui ai laissé le choix : la fuite ou le SPIN.

Je marquai une pause, qu’elle assimile bien ce que je disais.

-Il avait l’air d’avoir atrocement peur de cet endroit et je voulais pas l’y envoyer. Il a choisi la fuite. Je l’ai lâché pour qu’il s’en aille, lui rendant la liberté qui a tant d’importance pour toi.

Je passai ma langue sur mes lèvres, encore énervé par cet épisode à la con.

-Et là, il m’a mordu foutant une trouille bleue à ma fiancée par la même occasion quand elle m’a pas vu revenir à la maison. Puis quelques nuits plus tard, il est revenu faire son carnage.

Je soupirai, crachant un gros nuage de nicotine dans l’air recyclé du SPIN.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vivacia Chispa
avatar

Messages : 181
Localisation : Chez Howard

Feuille de personnage
Âge: Grèce Antique
Métier: Agent artistique
Particularité: Muse accompagnée du Renard de Teumesse

MessageSujet: Re: A View From The Other Side [PV vivacia]   Jeu 20 Sep - 9:38



A view from the other side



ft Frank Barnes





Criminel, voilà comment Howard était considéré et Vive trouva que c’était un bien vilain mot, comme cet endroit du reste, comme ceux qui pensaient qu’elle aussi devait être enfermée.

- Moi aussi je suis considérée comme tel, comme une criminelle, parce que je suis ce que je suis. Qui sont les vrais criminels de l’histoire ?


Mais certes, elle ne pouvait pas dédouaner Howard pour ce qu’il avait fait, ce que Franky confirma et ce qui la désola profondément, lui faisant perdre un peu plus de ses couleurs, lui faisant perdre un peu plus de larmes. Howard avait tué pour voler et pas seulement pour se nourrir quoiqu’elle n’approuvât pas le meurtre quel qu’il soit. Pourtant malgré tout, elle tenait quand même à lui, mais malgré tout elle restait condamnée ici…..

C’était une histoire dont le point final resterait le même quoiqu’elle en dise et quoique Franky en pense. Toutes ces discussions, toutes ces illusions ne changeraient rien à son destin….Elle avait été jugée coupable, et Howie lui était condamné à perdre sa muse en une punition du destin, parce que sans qu’il s’en doutât, il possédait un point commun avec Néo….L’insaisissable renard de Teumesse….gardant la liberté dont elle en était privée.

Alors l’histoire vraie que Franky lui conta, ne fit rien pour arranger son état. Vive s’affaissa un peu plus sur elle, laissant les larmes couler en silence, sans se plaindre ni geindre, parce que c’était vain et que ça n’aurait en rien ramené ces gens qui étaient morts, tués par Howard pour pouvoir voler quelques objets….par pur cupidité….

Pourtant elle le lui avait dit, elle n’avait pas besoin d’argent, elle tout ce qu’elle avait besoin c’était lui, mais lui c’était un voleur doublé d’un assassin, un criminel au-delà d’être un vampire et Frank lui donna le coup final en racontant qu’il avait failli l’attraper mais qu’il lui avait laissé une chance ultime de s’enfuir, de retrouver sa liberté. Au lieu de quoi il l’avait attaqué et l’avait mordu. Le souvenir de sa propre morsure lui revint, de combien elle n’avait pas aimé ça, avec cette impression de perdre de son essence…..

- Je suis désolée,
murmura-t-elle tout bas….je suis désolée pour tes amis, pour toi, pour ta fiancée……..je suis désolée, répéta-t-elle en se tournant vers la parois, cachant son visage sous sa crinière qui d’ordinaire était d’un beau blond doré et qui n’était plus qu’un blond si pâle qu’on aurait pu croire qu’il était devenu gris, sanglotant doucement, même si ça ne changeait rien à ce qui était déjà fait et que ses larmes ne rachèteraient jamais les vies perdues, ni sa liberté.






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frank Barnes
avatar

Messages : 2061
Age : 42
Localisation : Brooklyn

Feuille de personnage
Âge: 42 ans
Métier: Agent de niveau 4 (Sniper)
Particularité: Amoureux d'un Ange

MessageSujet: Re: A View From The Other Side [PV vivacia]   Ven 21 Sep - 14:20



A View From The Other Side



ft. Vivacia Chispa


La question de la muse était légitime. Elle était enfermée ici, au SPIN, uniquement pour ce qu’elle était, c’était clair, net comme de l’eau de roche. Et si je ne voulais pas tout savoir de ce qui se passait ici, même si je portais des œillères en permanence, ça, je ne pouvais pas ne pas le voir. Le SPN était tombé sur cette fille à la place de Rose et l’avait amenée ici sous le seul prétexte qu’elle avait manifesté quelques pouvoirs.

J’étais pas d’accord avec ça, c’était injuste et, ouais, criminel dans un certain sens.

Alors qui étaient les vrais criminels de l’histoire.

-Je suis pas là pour défendre le SPN.

Mais j’étais encore moins là pour défendre les actes d’Howard Rose que c’était que même elle, elle avait pas l’air de connaître. Ce qui arrangeait pas le cas du vampire. Non content d’être un tueur et un voleur, c’était aussi un sale menteur.

Plus je lui racontais la vérité sur ce qui s’était passé avec Rose, plus la jeune femme pleurait et plus elle semblait pâle et faible. J’étais en train de ruiner tous les effets bénéfiques que c’était que mon histoire un peu plutôt lui avait apporté.

Mais ça aurait aussi été injuste de la laisser dans l’ignorance.

Parce que bien plus encore que le SPN, à mes yeux, c’était la faute de Rose si Vivacia était enfermée ici.

Il était recherché depuis un putain de bail et personne l’avait jamais trouvé alors qu’il vivait dans le Bronx.

Et vous savez pourquoi personne l’avait trouvé pendant tout ce temps-là ?

Et ben simplement parce que personne avait cherché après. Parce qu’il était pas intéressant. Combien de vampires courent sur cette planète, après tout ? Il aurait pu continuer longtemps sa petite vie d’immortel, pénard, bouffer des gens tant qu’il voulait…

Mais il avait eu la mauvaise idée de s’attaquer aux jouets de Pierce.

Et c’était pour ça, plus que pour les quatre agents tués, que Rose était entré dans le collimateur du SPN et que Pierce avait mis le paquet pour le choper.

Et qu’il avait chopé Vivacia à la place.

Mais je m’attendais pas du tout à la réaction de la muse quand j’eus terminé de raconter cette histoire à la con. Tournée contre le mur, le visage caché, elle affirmait qu’elle était désolée. Et si je m’en venais un peu mal de lui avoir raconté tout ça sans détour, dans le fond, j’avais quand même l’impression bizarre d’avoir fait exactement ce qu’il fallait en lui exposant les faits.

Ce qui était juste.

-Ecoute… T’as pas à être désolée. T’es pas coupable… Comme moi, comme ma femme et comme les agents qui ont été tués, tu n’es qu’un dommage collatéral de Rose.

J’essayai de capter son regard, sans grand succès.

-Je suis pas grand-chose, dans ce système. Mais crois-moi ou pas, si j’ai l’occasion de faire quelque chose pour rétablir un peu de justice dans cette histoire… je le ferai.

Je pris la petite radio que j’avais posée à terre et rembobinai la K7 qu’il y avait dedans.

-La musique t’aide, c’est ça ? Alors je vais te laisser ça là…

Je posai la radio à terre devant sa cellule et appuyai sur play.






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A View From The Other Side [PV vivacia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A View From The Other Side [PV vivacia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» London's Dark Side [+18 ans] - RPG Surnaturel / City
» hello from the other side. athéna
» walk you through the dark side of the morning (farokh)
» D'apres les experts Haiti recevra 1 centime sur chaque dollar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Real World :: Role Play :: Reste du monde :: Amérique :: Le Spin-
Sauter vers: